ACCUEiL

disques

CHRONiQUES MUSiCALES

AUTRES

L'île déserte

Henri Mornuche
Requiem Pour La Porte De La Remise (2022)


Dans la série les-disques-que-j'emporterais-sur-une-île-déserte-avec-une-super-nana-quand-même voici aujourd'hui, cher ami lecteur ouvert à toutes les tendances musicales, l'oeuvre maîtresse du grand Henri Mornuche, musicien ardéchois uni-instrumentiste dont la pensée préférée est : « Mieux vaut entendre ça que d'être sourd ! ».

Il s'agit donc de son célèbre "Requiem pour la porte de la remise" qui est une composition dérangeante qui atteint les sommets de l'émotion.

Et on n'en sort pas vraiment intact car elle plonge dans une douleur profonde que je n'avais ressentie auparavant qu'à l'écoute de "The Black Hate Of The Dark Armageddon In The Bloody Carnage Of Suicidal Horror" d'Anal Suppuration. C'est te dire l'impact de cette musique.

On peut y entendre Henri Mornuche qui démolit rageusement à coup de hache une porte qui couine afin d'en extraire le son seul capable d'exprimer tout l'aspect tragiquement existentiel de son oeuvre. « Non, mais, sans déconner, je vais pas me laisser emmerder par cette putain de porte ! » aurait même rajouté Henri Mornuche dans un mouvement d'une colère bien légitime qui marquera à jamais la musique acousmatique.

Bref, il s'agit d'un disque essentiel, parabole tendant à démontrer la tragédie de l'homme face à son destin d'autant plus horrible qu'il faut encore mener la voiture au contrôle technique.

_____________________________________________________________________________

l'image du jour
_____________________________________________________________________________

Franc succès pour le dernier concert d'Henri Mornuche
au stade municipal de Jouy-en-nuisette !



- Tu crois qu'il va pleuvoir ?